AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Au coin d'une rue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Selphie Light
Chanteuse enfantine ~
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Au coin d'une rue Sam 11 Juin - 13:42

"La musique, c'est du bruit qui pense."
[Victor Hugo]
Extrait des Fragments
PV Raven

    Une voix se faisait entendre dans les rue de Métera, accompagnée de bruits de talons qui claquent sur le sol. En vous retournant, vous apercevez une mèche de cheveux d'un rose éclatant, avant que la silhouette ne tourne au coin d'un bâtiment. Et une jeune fille avançait dans ces rues, en chantant, se souciant peu des autres personnes présente. Après tout, la plupart de ceux qu'elle croisait commençaient à la connaitre depuis le temps qu'elle errait dans ces rues. Et les personnes restante devait peu se soucier du fait qu'elle paraisse un peu étrange. Après tout, vu les critères requis pour se retrouver ici, tout le monde est un peu étrange.

    - dare mo micha inai nara nani wo shitatte ii deshou?


    Et elle continuait inlassablement à chanter en marchant, tranquillement, sans but précis. Selphie. Vêtue d'une courte robe blanche, elle errait une nouvelle fois dans les rues de cette ville qu'elle aimait tant. Sans être aussi spéciale que les deux autres cités de ce monde, elle restait assez extraordinaire pour que la demoiselle puisse s'y sentir en sécurité, heureuse. Depuis sa mort, elle n'avait jamais eu de mal à s'habituer à cette idée, la mort lui semblait tellement mieux que la vie ..., depuis sa mort disais-je, peu de gens l'avait vu autrement qu'en train de chantonner sans cesse. A vrai dire, même dans les dernières années de sa vie, les personnes qui la croisaient la retenait surtout pour ça. Et la couleur de ses cheveux bien entendu. Mais entendre une enfant chanter en plein hiver, à peine vêtue d'une robe d'été, ça marque ...

    Elle tournait en rond, dans les rues, un peu comme un poisson dans un aquarium ou un lion en cage. Et pourtant elle ne se sentait pas enfermée. Elle se sentait même plus libre qu'elle ne l'avait jamais été sur Terre. La seule chose qui pourrait lui manquer c'est cet amour qu'on ne lui as jamais offert là-bas, et qu'elle prends dès qu'elle peut, se rendant à peine compte qu'elle peut blesser les gens par cette attitude. Elle ne s'attache pas, jamais, elle prends juste un peu d'amour et en donne en retour, se jetant dans les bras de ceux qui la supporte encore malgré ce qui peut sembler une attitude égoïste. Mais on l'aime quand même cette petite boite à musique, pour sa douceur et sa joie sans fin.

    Elle s'arrête soudainement de chanter en croisant une personne qu'elle as déjà vu de loin, mais sans plus. Et quelques mots sortent de sa bouche tandis qu'elle observe celui qui se tient devant elle, habillé de ce grand manteau noir.

    - Bonjour, qui êtes vous ?


    Curieuse demoiselle, elle pose la question. Après tout, elle a le droit de savoir non ? Rares sont les personnes avec qui elle n'a jamais parlé dans ce petit monde. Tout le monde retient son attention à un moment où un autre. A moins que ce ne soit elle qui retienne l'attention des autres. Qu'importe, le résultat est le même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven.
le corbeau d'abyssa est là fait gaffe
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Sam 11 Juin - 16:38

Matera... La ville principale d'Abyssa. Lieu où les personnes qui y vivaient ressentais la pressente d'une mère protectrice, enfin c'est surtout ce que pensé notre jeune passeur, qui n'aimait pas trop les villes qu'il trouvait bruyante et pleine de monde. De ces rues qu'il semblait calme se promener une ombre si menacent et lugubre que tout le monde le regardait timidement en s'écartant de son chemin. Certain disait qu'il fessait peur, d'autre disait qu'il avait l'air malade avec sa pâleur extrême, d'autre encore disait qu'il était possédé pas le diable en personne à cause de ses yeux couleur or. Tout le monde le jugé, mais personne ne le connaissait vraiment. Son apparence certes sortait un peu de la normal avec son manteaux noir et c'est habile de même couleur. Deux hommes le regardaient de haut et parlait fort pour qu'il puisse l'entendre :

« Regarde ce bâtard, il ne trouvera jamais une fille avec sa sale besogne

- Tu as raison, il fait trop peur


Raven n'était pas sourd et pas non plus stupide. Il leur jeta un regard aussi noir que les profondeurs des abysses. Comme part enchantement les deux hommes ravaler leur langue et partie ce réfugiés dans les jupons de leur mère en crient qu'il ne vouait pas êtres maudis. Le jeune homme soupira, tout ceci l'ennuyer. Il se fichait pas mal de ce que pensait les autres.
« Pfffffff y en as pas un pour rattraper l'autre, ils ont vraiment ... » pensa-t-il avant de rattraper une jeune fille qui chutait à ses côtés. La jeune fille ce releva, remercia son sauveteur.

- Fait attendions la prochaine s'il vous plait »

- heuu...oui » répondit-elle avant d'aller rejoindre ses amies en disent qu'il était trop mignon

Raven reparti de son côté, l'air encore plus absent qu'avant, il regardait le ciel, songeant à ce qu'il aurait pu êtres s'il ne fessait pas si pour... et que le monde le fuyait pas au temps. Une petite vois intérieure le fie sortir des rêves stupides et insignifiant. Il était Raven, passeur d'âme du monde d'Abyssa et il avait toujours été comme ça et ce n'est pas aujourd'hui que ça changerait. Passent devant une boutique d'arme,
Raven s'arrêta et les regardais. Il aurait pu rester comme ça si une petite voie si douce n'avait pas pénètre dans les oreilles du jeune homme

- Bonjour, qui êtes vous ?

Il la regarda l'air peu intéressé. Elle possédait de magnifique cheveux rose ainsi qu'une petite robe blanche

« Je suis seulement une personne »

Raven ne savait pas qui était cette jeune fille, mais il savait qu'elle chantait tout le temps dans les rues même en plein hiver elle chantait tout le temps.

« Qu'est-ce que vous me veuillez ?? » demanda-t-il froidement

Notre jeune personne regardait son interlocutrice avait un fond de curiosité bien cachait au fond de ses yeux or qui ne montrait aucune expression
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selphie Light
Chanteuse enfantine ~
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Sam 11 Juin - 18:01

"L'enfer c'est les autres"
[Sartre]
Extrait de Huit Clos


    Elle l'observa de haut en bas, en long en large et en travers. Autant dire que personne ne serait étonné qu'il se sente quelque peu oppressé par ce regard. Les yeux azur passèrent sur le visage du jeune homme, ses cheveux bruns profond mi-longs et ondulés, ses yeux or. Elle n'avait jamais vu pareille couleur et resta un instant étonnée de la teinte des iris de celui qui se tenait devant elle. Puis elle observa sa tenue, toute noire et blanche sous ce long manteau noir qui devait lui tenir affreusement chaud les jours de beaux temps ... Puis elle reporta à nouveau ses yeux sur son visage en écoutant sa réponse.

    Elle soupira. Bien entendu qu'il était une personne, elle ne pourrait pas le voir sinon. Et elle ne lui aurait pas adressé la parole. Elle n'aimait pas discuter avec les objets inanimés, ils ne vous répondent jamais. Une personne, si. Ce qu'elle voulait c'était connaitre son identité. Le fait qu'il soit un être humain, ou du moins qu'il l'ait été sur terre, elle ne savait pas trop si la notion d'être humain existait encore sur abyssa, lui importait peu du fait qu'elle ait pu le deviner seule. Elle ne posait pas de questions dont elle connaissait la réponse, c'était totalement stupide et surtout sans intérêt. Alors elle reprit la parole de sa voix douce.

    - Si vous n'étiez pas une personne je ne me serait pas arrêtée pour vous parler vous savez ?



    Il lui parla à nouveau d'un ton froid qui braqua la demoiselle. Est-ce qu'elle l'avait agressée elle ? Non! Alors pourquoi lui parlait-il sur ce ton ? Ce n'était quand même pas un crime de demander à quelqu'un qui il était, si ? Et ces yeux semblaient tellement vide d'expression tandis qu'il parlait. Le jeune homme failli lui rappeler son père avec cette façon d'agir. Failli parce qu'à force de plonger son regard bleu dans celui doré de son interlocuteur, elle finit par y déceler une pointe de curiosité. Toute petite, à peine présente, mais un sentiment était là. Et son père à elle n'en était pas pourvue, elle le savait très bien pour en avoir fait les frais.

    Elle secoua la tête pour chasser de son esprit l'image de son père pointant la porte d'entré de chez eux en plein milieux de la nuit, pour la mettre à la porte. Ce n'était pas le plus joyeux des souvenirs, bien que ce ne soit pas le pire. Non. Tant qu'elle parvenait à oublier la sensation du froid qui vous mord la peau tandis que votre esprit divague, tant qu'elle ne ressassait pas sa mort, tout allait bien. Mais pourquoi l'aurait elle fait quand la vie ici était mille fois mieux que sur Terre ?

    - Savoir qui vous êtes. Simplement. Moi c'est Selphie, enchantée.


    Après tout, un peu de politesse n'a jamais tué personne n'est-ce pas ? Alors tout en appuyant sur la simplicité de sa requête, elle ne l'avait pas non plus agressée, elle cherchait juste à savoir qui il était!, elle se présenta. Comme ça, il n'aurait pas besoin de poser une question qu'il n'avait peut être pas envie de poser, même si elle était quasiment persuadée qu'il se posait des questions. Après tout, elle le ressentait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven.
le corbeau d'abyssa est là fait gaffe
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Sam 11 Juin - 20:05

La demoiselle aux cheveux rose, lui avait cité une vérité vraie. S'il n'avait pas une personne il ne pourrait pas lui parler, encore moins avoir conscience de lui parler et elle ne lui aurait certainement pas adressé la parole. Ce qu'il aurait apprécié par ailleurs, il lui répondu d'un mouvement de tête pour lui dire qu'elle n'avait pas tort

La jeune fille avait l'air de l'examiner, ce qui dérangea un peu Raven qui pensait que ce regard était celui qu'on fessait aux personnes étrange ou même bizarre. Le fait qu'elle le scrutait ainsi lui rappelais la façon qu'avait sa mère et sa famille de lui dire qu'il était différent et pas le bienvenus parmi eux.

- Savoir qui vous êtes. Simplement. Moi c'est Selphie, enchantée.

La jeune fille était d'une simplicité à faire peur. Elle lui demandait ça, comme si c'était normal qu'une fille parle à un homme sans savoir qui il est ni même savoir s'il était dangereux ou pas. Ça sidéra notre passeur qui n'avait pu s'empêchait de la regardait avec des yeux un peu plus doux qui s'empressa de corriger. Comme ils ne se connaissaient pas, il l'avait certes aperçus qu'elle que fois dans les rues de Matera, mais sans plus... Et là, elle venait lui poser une question qu'elle trouvait « normal » ce qui ne l'était pas pour lui

« Je ne te connais pas et je ne vois pas pourquoi je vous le dirais vu que ça vous ne concerne pas »

Raven avait un raisonnement des plus logique. Mais il ne comprenait pas pourquoi la prénommée Selphie voulez le connaître. D'habitude les gens le fuyait et ne l'approcher pas à plus de deux mètres d'égard. Mais fessent preuve de bonne vollonter et faire plaisir à la Miss, il répondu

« mon nom .....est! Il s'arrêta ça allait êtres la première fois qu'il donnait son prénom à une fille, ce qui le fit un peu rougi. Je m'appelle! Repeta-t-il avant de murmurer son prénom ! Raven ! »

Notre jeune homme se sentait un peu gêné, mais lésa rien paraître, malgré le fait qu'il est longuement hésité avant de dire son prénom, toujours en train de là regarder dans les yeux, ne fessant même plus attendions au monde extérieur. C'était entre elle et lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selphie Light
Chanteuse enfantine ~
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Dim 12 Juin - 10:31

"Curiosité: Vilain défaut de l'esprit féminin."
[Ambrose Bierce]
Extrait de Le Dictionnaire du diable


    Elle sentit le regard du jeune homme s'adoucir quelque peu ce qui causa une légère intensification de son regard à elle avant qu'il ne se reprenne. Mais Selphie savait ce qu'elle avait vu et était maintenant persuadée que la personne qui se trouvait en face d'elle était capable d'éprouver quelque chose. Et, inconsciente enfant, c'était tout ce qui lui suffisait pour ne pas avoir peur de quelqu'un. Après tout, il n'y a que ce qui n'éprouve rien qui pourrait réellement être invulnérable face à cette petite poupée de porcelaine...

    La phrase qui suivit obscurci légèrement ses yeux azur. Bah non il ne la connaissait pas, sinon elle le connaitrait aussi, et elle ne serait pas venu poser la question! Ce que les gens peuvent être têtu parfois ... A trop être logique, on fini par ne plus l'être du tout. Alors, non, pour le moment son nom à lui ne la concernait pas, mais si il ne lui disait pas, ça ne la concernerait jamais. Et en l'occurrence, la jeune fille voulait être concernée! Et de toute façon, à partir du moment où il savait son nom à elle, elle pouvait se sentir un chouilla concernée, non ?

    Au moment où elle allait le lui dire, le jeune homme prit la parole d'une voix hésitante. Selphie reporta à nouveau son attention sur lui et pu remarquer de légères rougeurs au niveau de ses joues, ce qui fit esquisser un léger sourire à la demoiselle. Puis il fini par lui dire son nom, après avoir largement hésité et Selphie se mit à réfléchir ... Raven, Raven ... Ce nom lui disait quelque chose mais impossible de mettre le doigts dessus. Elle fronça les sourcils puis eut une illumination quelques secondes plus tard.

    - Raven ... Raven le passeur ? Enchantée !



    Elle ignora royalement les regards étonnés/effarés/outrés/autre (veuillez barrer la mention inutile /PAN/) des personnes qui l'entourait et offrit au jeune homme un sourire resplendissant. Quoi, n'avait elle pas le droit d'être heureuse de rencontrer quelqu'un ? Et de toute façon, les gens pouvaient dire ce qu'il voulaient, elle ne croyait pas les rumeurs et était certaine d'avoir raison. Après tout, on racontait du passeur qu'il était méchant -or il ne l'avait pas agressé-, froid -il avait fini par lui donner son prénom!- ou encore dépourvu de sentiment et ça, elle pouvait assurer que ce n'était pas le cas, pour pouvoir les ressentir.

    - Ca ne doit pas être un travail simple tous les jours mais heureusement que vous êtes là pour le faire. Je trouve tout simplement odieuse la manière dont les gens vous traite alors que c'est votre travail qui nous permet en parti d'être en sécurité.


    Ou comment choquer toute une rue en deux leçons par Selphie Light. Mais quoi ? N'avait elle pas raison au fond ? Et elle était totalement sincère, ce qui devait sans doute se ressentir dans le sourire qui ne l'avait pas quitté depuis qu'elle avait déclarée être enchantée de rencontrer le passeurs. Et pour tout ceux qui doutait de son inconscience, de sa naïveté ou de sa gentillesse, les voilà sur et certain de ce que les rumeurs disent sur elle. Grand bien leur en fasse, elle s'en fichait totalement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven.
le corbeau d'abyssa est là fait gaffe
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Dim 12 Juin - 14:19

Selphie avait dessiné un lécher sourire quand il avait prononcé son nom. Ce qu'il le gêna encore plus. En regardant bien notre jeune passeur pu remarquer qu'elle s'était mise à réfléchir peut-être chercher-t-elle a savoir qui était ce prénommer Raven, pour lui, il ne serait pas surpris qu'elle ne savait pas qui il est. Elle fronça les sourcils pour réfléchir un peu plus comme si elle savait quelque chose et n'arrivait pas à mettre la main dessus. Toute en la regardant, Raven n'avait pas pu s'empêche de se demander s'il avait bien fait de lui dire son prénom. Mais bon, qu'est-ce qu'il aurait à craindre d'une jeune fille qui aime chanter dans les rues de Matera.
Il continuait de l'observer, en remarquent a qu'elle point elle était jolie avec un souri... mais a quoi il pensait ??... Non non il devait arrêter de lui parler pourqu'il puis reprendre son sang froid et ne plus laissez voir ces sentiments

- Raven ... Raven le passeur ? Enchantée !

Elle le regardais avec son plus grand sourire, qui éblouissait ce pauvre jeune homme qui se sentait indigne de le recevoir. C'était bizarre, mais ce grand dadé trouver qu'elle était vraiment naïve et un peu de stupidite. Il trouvait qu'elle était telle une lumière qui éclaboussait les ténébreux. Elle la lumière, lui les ténèbres.... stop qu'est-ce que raconte le passeur d'âme ? Je ne sais pas, mais lui il savait à quel point sa comparaison était stupide et qu'il avait laissé parler Selphie sans même l'écouter. Ce qui ne l'empêcha pas de comprendre ce qu'elle avait dit vue comme les gens les recardaient, en laissant un petit rire sadique de ce bouche:

« Ils nous traitent comme il nous juge. Nous autres les passeurs nous sommes tirailler entre deux mondes complètement diffèrent. Et ils ne veulent qu'une chose, ne plus nous voire »

Voici le tableau noir qu'il tirait des passeurs d'âme, un tableau si noir que ça la surpris lui-même. Les passeurs n'était pas tous, méchant, distant, ou même froid, mais c'est comme ça qu'il avait connu un passeur ce qui l'avait choqué toute sa vie. Il passa sa main pour secouer la tête de la jeune fille

Et vous devriez faire attendions à qui vous parlez, pas tous son gentil et avec des bonnes intentions ! Il fit une courte pose avant de partir de son côté, De plus, pas tous les passeurs sont gentils. J'aurais très bien pu de tuer avant que vous puissiez me parler.

Raven avait repris un peu le sens des réalités, toutes les personnes les regardaient ce qui le mie plutôt en colère vu qu'il détestée se faire remarquer, mais avec la fille qui chante c'était un peu dur de ne pas attirer l'attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selphie Light
Chanteuse enfantine ~
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Dim 12 Juin - 16:52

"Toute méchanceté vient de faiblesse."
[Jean-Jacques Rousseau]
Extrait de Emile ou De l'éducation


    Elle pensait totalement ce qu'elle disait et ne comprenait pas comment certaines personnes pouvaient être aussi méchante envers quelqu'un sans le connaitre. On était pourtant à Abyssa, les gens d'ici devraient avoir gardé leur âme d'enfant ... Mais un enfant peut être cruel parfois. Même plus qu'un adulte ... Elle soupira et se retourna pour fusiller du regard les gens qui les entouraient avant de reporter son attention sur Raven qui avait repris la parole.

    Elle hocha la tête en réponse à ses paroles. Ce qu'il lui disait était entièrement vrai, le fait que les passeurs se déplacent entre Abyssa et Exorià avait quelque chose d'étrange, de louche, que les personne les plus simples d'esprit rejetaient, ce qui avait le don de mettre la jolie demoiselle totalement hors d'elle. Elle sursauta lorsqu'elle sentit la main du jeune passeur se poser sur sa tête avant de reprendre à nouveau la parole, sans attendre de réponse de sa part.

    Elle éclata de rire à ses mots, ce qui pourrait paraitre inconscient pour la plupart des gens, stupide pour les autres. Non. Non, si elle lui avait parlé c'est parce qu'elle savait qu'il ne lui ferait rien. Un des gros avantage de ce don nommé empathie. Le fait de ressentir les sentiments des autres avait surtout des inconvénients mais aussi quelques avantages. Si il lui avait voulu du mal, elle l'aurait rapidement compris. Mais les seuls choses qui émanaient de lui était la curiosité, la solitude et peut être un peu de tristesse bien enfouie. Mais pas de haine. Ou en tout cas, pas envers elle ... Elle reprit, un peu plus fort car il s'éloignait.

    - Ne vous inquiétez pas pour moi, je sais reconnaitre les personnes dangereuses pour moi... Et vous n'en faites pas partie.



    Un nouveau sourire tandis que les gens autour hésitaient devant les paroles de la jeune fille. Et oui, elle avait beau être physiquement plus jeune que la plupart de ceux qui se promenaient ici, elle errait à Abyssa depuis plus longtemps que la majorité des personnes y vivant. Alors oui, elle commençait à savoir pas mal de choses malgré son physique d'une adolescente de 16 ans un peu excentrique et malgré cette âme d'enfant encore et toujours présente en elle, pour toujours espérait elle. Criant à nouveau elle continua.

    - Mais vous, vous ne devriez pas vous fier au physique des gens. Rien ne vous dit que je suis aussi inoffensive que j'en ai l'air.


    Taquin cette fois, le sourire était pourtant toujours présent sur ses lèvres. Oh, elle ne ferait certainement pas le poids face à lui, mais ici, les apparences sont souvent, très souvent, trompeuses. Alors autant se méfier de tout le monde ... Sauf lorsque l'on est aussi naïve que Selphie, auquel cas c'est l'inverse qui est fait. Tout le monde est beau, tout le monde est gentil ... Ah non ? Tant pis ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven.
le corbeau d'abyssa est là fait gaffe
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Dim 12 Juin - 19:23

Ne vous inquiétez pas pour moi, je sais reconnaitre les personnes dangereuses pour moi... Et vous n'en faites pas partie.

Raven souriait, lui ne s'inquiéter jamais pour quelqu'un, surtout pas pour une fille qui ne connaissait pas. Il n'avait même aucune raison de sans faire. Toujours en marchent d'un pas lent, il vit un signe à la jeune fille pour lui dire au revoir quand il entendit sa petite voie

- Mais vous, vous ne devriez pas vous fier au physique des gens. Rien ne vous dit que je suis aussi inoffensive que j'en ai l'air.

Ces paroles le fessaient bien rire à l'intérieur de lui. Il savait qu'elle n'était pas méchante, Raven n'avait peut-être pas de don pour voir si la personne était gentille ou mauvaise, mais il avait un don de copie très utile dans certain cas. Celui-ci avait dû se mettre en marche avant même que Selphie vienne lui parlais. Il savait déjà une chose de plus sur la jeune fille qui devait posséder un don qu'il lui permet cette prouesse

« Tu sais, pas tout le monde à ton don d'empathie » dit-il avant de partir un peu plus loin, car il trouver que la jeune fille émaner de plus en plus de lumière.

Il tourna à l'ange d'une rue et ce posa contre celui-ci, sortent une cigarette et de quoi l'allumer notre jeune homme repensant au doux visage de la personne qu'il venait de quitter. Un sourire mi-sadique mi-content ce fit sur son visage d'ange. Ravala une bouffée il murmura doux doucement « Au plaisir de te revoir selphie » puis il continua son chemin dans les rues de Matera, tranquille avec sa cigarette. Les cheveux mie en arrière détachent son magnifique visage, notre passeur jouait-il au beau gosse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selphie Light
Chanteuse enfantine ~
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Lun 13 Juin - 11:35

"Ce qu'il y a de bon dans les départs ? Ils commencent le retour."
[Yolande Chéné]
Extrait de Peur et amour


    Il continua d'avancer et la jeune fille et lui fit un singe de la main pour lui dire au revoir. Selphie faisait un peu la tête, appréciant peu que les personnes s'en aille au beau milieu d'une discussion, surtout sans raison valable comme le faisait Raven à cet instant même. Elle soupira et le laissa s'éloigner encore un peu, avant de relever brusquement la tête à ses paroles.

    Don d'empathie ... Il aurait pu le crier plus fort encore, les gens autour n'avaient pas tous entendu! Pas que garder son don secret doit important, mais les gens apprécient peu de savoir que quelqu'un d'autre qu'eux-même puisse ressentir leurs propres émotions. Alors pour leur bien être et le sien, elle évitait de le crier sur les toits. Oh, bien sur, elle aimait bien le faire deviner quand elle sentait que celui ou celle qui se tenait devant elle ne le prendrait pas mal, mais au point de l'annoncer de vive voix au beau milieu d'une rue ...

    Elle l'observa tourner au coin de la rue et laissa apparaitre sur ses lèvres un sourire amusé. Il pensait pouvoir partir ainsi, sans même avoir réellement dit au revoir ? Sans s'être excusé auprès de la jeune chanteuse de devoir s'éclipser ? Dommage pour lui, il ne connaissais pas encore Selphie si il croyait vraiment que ce serait possible. Elle soupira.

    - A droite ou à gauche ? Hum ... Je pense que j'irais plus vite par là ...



    Elle s'engagea dans une petite rue et s'arrêta au milieu du chemin. A force de se balader, Selphie connaissait ses rue encore mieux que les poches inexistantes dans sa courte robe blanche. Aussi, si il avait prit le même chemin que les trois quarts des personnes, il devrait arriver ici dans peu de temps. Elle retint un éclat de rire lorsqu'elle l'aperçu non loin.

    - Tient donc, comme on se retrouve monsieur le passeur !


    Elle s'avança vers lui, un sourire malicieux aux lèvres. Et oui, que voulez-vous, la jeune demoiselle arrive souvent, très souvent, à ses fins. Et après tout, s'étant quittés, ils se seraient forcément re-rencontrés à un moment ou a un autre, non ? Elle n'avait fait que précipiter un peu les choses ... Ah, l'impatience la tuerait un de ces jours ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven.
le corbeau d'abyssa est là fait gaffe
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Lun 13 Juin - 19:26

Raven ne pouvait s'empêcher de se demander pourquoi il avait quitté la jeune fille au milieu de ce qu'on pouvait appeler une discussion normal. Le fait qu'il sait en quelque sorte enfuie était certainement dû au fait que Raven n'aimé pas les autres *ce qui prétend, mais qui n'est pas tout à fait vrai* et qui ne sait pas pourquoi la jeune fille le troublé au temps. Pour lui, c'était seulement une fille des plus banale qui ne l'était pas tant que ça, vu qu'elle traînait dans les rues comme un chat qui vessait le tour de son territoire.

Notre passeur continuait de marcher, cherchent toujours pourquoi il l'avait quitté sans même un salue respectable, mais bon il était loin de se douter que la jeune fille allait bientôt le retrouver.

- Tient donc, comme on se retrouve monsieur le passeur !dit une petit fois qui était divinement douce à l'oreille de petit pensseure

Le jeune homme aperçus la demoiselle en face de lui souriante comme toujours, s'approchant de lui comme si c'était normal...

« tiens la fille de tout t'as l'heure....sel...Selphie je crois »

Ce dadais de première fessait exprès de ne plus ce rappelais le nom de la jeune fille qui connaissait très bien par ailleurs. Selphie une âme des plus gays qu'il est connu dans ce monde était pourtant remplie de merveille. En réalité elle était la première à faire cet effet sur le triste personnage qu'était Raven

« Qu'est-ce que tu me veux encore ? »

Il se montrait plutôt froid envers elle, la lumière qui l'accompagnait n'avait toujours pas disparue. Et si vous voulez mon avis c'était cette clarté la cause, du fait que notre jeune homme soit si dure avec la petite Selphie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selphie Light
Chanteuse enfantine ~
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Mar 14 Juin - 20:41

"C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière."
[Edmond Rostand]
Extrait de Chantecler


    Selphie fit une moue boudeuse lorsque le jeune homme hésita sur son prénom, ne sachant pas trop si il s'agissait d'une technique pour tenter de l'éloigner comme il semblait absolument vouloir le faire ou si il ne se souvenait réellement pas de son prénom. Elle espérait tout de même que se soit la première option, cela voudrait dire qu'elle l'avait au moins un peu marquée,ce qui était toujours sympathique à savoir. Mais elle ne comprenait vraiment pas pourquoi il semblait la fuir ainsi ...

    D'ailleurs, le ton froid qu'il employa juste après pour lui demander ce qu'il voulait, convainquit la jeune fille qu'elle avait raison. Même si elle était légèrement blessée de cette façon d'agir. Après tout, elle n'avait rien fait à part venir lui adresser la parole. Et il semblait tellement entouré de noir, de ténèbres ... Elle espérait pouvoir l'en sortir, juste un petit peu ... Montrer à quelqu'un qui ne connait pas ce qu'est la vie à la lumière ... C'est quelque chose qu'elle aimait, même si c'était souvent, très souvent, difficile ...

    - Vous savez, un peu de chaleur n'a jamais tué personne ...


    Elle se rapprocha encore de lui, jusqu'à se trouver just een face de lui et le regarda dans les yeux. Elle ne comptait pas le bruler, juste lui transmettre un peu de chaleur, comme un léger feu de bois en plein hiver, cette chaleur qui lui avait manquée lorsqu'elle mourait de froid sous ce pont, sur Terre. Juste ça ...

    - S'il vous plait ?


    Elle avança encore d'un pas, presque collé à lui. Elle aurait voulu se blottir contre le jeune homme mais elle craignait d'être repoussée un peu trop violemment. Et pourtant, Dieu sait à quel point il en fallait pour que Selphie hésite à prendre quelqu'un dans ses bras. Cette demoiselle tellement tactile avait du mal à se retenir ... Il avait l'air d'avoir besoin d'un peu de chaleur, d'amour, de réconfort lui aussi ... Bon sang, voilà qu'elle avait les larmes aux yeux maintenant ! Fichu manie de se mettre à la place des autres ...



Dernière édition par Selphie Light le Jeu 16 Juin - 18:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven.
le corbeau d'abyssa est là fait gaffe
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Jeu 16 Juin - 18:04

Notre jeune passeur écarquilla grand les yeux quand la petite fille lui avait prononcé ces quelque mot qui pourrait paraitre anodin pour la plupart des personnes, mais pour lui c'était une chose qui le surprenait par-dessus tout. La chaleur... d'un coeur ? D'une personne qui pense à toi où que tu sois ? Qui s'inquiète quand t'es pas là ? Est-ce ça que voulais dire la demoiselle? La chaleur qu'on ressent quand on est heureux et content, cette chaleur qui pouvait bruler et surmonter tous les problèmes.

Ce mot "chaleur" fit comme un immense vide ce fit dans la tête du Raven. Lui qui était imperturbable, qui ne ressent rien, à part la douleur et la tristesse avait trouvé quelqu'un qui l'avait touché droit en plein coeur.

« Je n'ai pas besoin de chaleur »

Selphie s'approcha du garçon en le regardant dans les yeux remplie de compassion. Le jeune homme se demander s'il n'avait pas été un peu trop brutal en disant qu'il n'en avait pas besoin. La jeune fille resplendissait, elle avait l'air si douce, gentille et compréhensible. La lumière qui l'entourait n'avait pas cessé d'éblouir ce garçon a l'âme déchirer, à ce coeur bruler qui étouffait dans son propre souffle, dans son propre sang qui ne réclamait qu'une chose...être aimer, mais comment serait ce possible, qui dans ce monde voudrait de lui. Rejeter de tous, Raven avait grandie dans la peur et le mal-être, haie de sa propre famille, détester par les personnes qui rencontraient effrayer par son nom

[Il est vrai que Raven n'attire pas le sympathie ], Il n'était rien d'autre qu'une personne qui devait passer sur le sable de la vie et travaillait pour protéger ce monde si étrange... Il s'était convaincue que jamais personne ne vaudrait de lui, lui parler comme une personne normale, avoir une relation normal, avoir des amies, une petite-amie, une VRAI vie en fait, tout ça, il se l'était interdis, la moindre parcelle de bonheurs lui avaient été refusait dans le monde terrestre et ce grand idiot ne se l'était toujours autoriser.

S'il vous plait ?

Il la regardait dans les yeux, de petites larmes commençais à couler sur ce doux visage qui reflétait la gaité et la joie de vivre, même morte... bon passons. La gène et la maladresse s'empara rapidement de notre grand dadais. Ne sachent pas quoi faire il essuya doucement les petites goûtes d'eau que laisser échapper les magnifique yeux de la jeune fille.
Il ne savait pas quoi dire pour la consoler, ni même quoi faire... c'était pour lui la première fois qu'il
fessait pleuré une fille... et qui consolait par la même occasion.

« Ne pleur pas Selphie... si te plais... Ton visage perd sa beauté cachait sous ces larmes de crocodiles »

Raven était vraiment désemparé pas la situation... La jeune fille était si proche de lui qui pensait reculer, mais il n'en fit rien ne comprenant pas pourquoi elle avait dit « s'il vous plait ». Le passeur caressa la joue de la miss cherchant à faire petit sourire réconfortent, ce qui lui était assez dure on va dire, vu qu'il n'avait pas l'habitude de sourire, sauf bien sûr pour se moquer des personnes

« Allait pleur plus... sa ne sert à rien »

Pourquoi il sentait que la jeune fille avait vécu un passer aussi dure que le sien, peut être que le don d'empathie de Selphie continuer d'agir encore, leur ressemblance comme leur différence était troublante, ils étaient comme le jour et la nuit ou même comme l'eau et le feu ou bien comme le jour et la nuit... des contraire qui ça semblait se complétait telle le yin et yang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selphie Light
Chanteuse enfantine ~
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Sam 18 Juin - 12:22

"Caresse, c'est la tendresse, c'est les câlins, c'est une senteur douce réconfortante."
[Stéphanie Perrouty]
Extrait de Rhétorique des senteurs

    Elle restait ainsi, ne sachant pas si elle pourrait faire ce qu'elle souhaitait ou si elle se ferait brusquement écarter. Et pourtant, Dieu sait à quel point elle en avait envie ... Voir les gens souffrirent ainsi avait toujours un effet horriblement dévastateur sur la demoiselle qui se retrouvait en eux. Car oui, elle savait ce que c'était que de mourir de froid, aussi bien au sens propre qu'au sens figuré ... Elle sentit à peine les larmes qu'elle aurait voulu retenir perler sur ses joues tandis que Raven lui mentait outrageusement en disant ne pas avoir besoin de chaleur.

    Sur le moment, elle eut envie de crier, de pleurer et de frapper le jeune homme en face d'elle pour qu'il fasse de même. Bon sang mais qu'il réagisse! Par pitié, qu'il fasse quelque chose mais ce sentiment de tristesse et de haine qu'elle ressentait de la part du passeur la dévorait de l'intérieur. Il fallait qu'il se libère, juste un peu, ou elle ne répondrait plus de ses gestes. C'est dans ces moments là que la demoiselle haïssait son don ...

    - SI! Ca sert ! Et puisque toi tu refuse de le faire pour te libérer un peu de ces FICHUS sentiments qui t'entrave, je le ferais à ta place! Bon sang !!



    Elle se recroquevilla sur elle même, se mettant à chanter en boucle cette berceuse qu'elle se chantait à elle même lorsqu'elle était morte de froid sous ce pont. Puis elle eu une illumination. Se rendant à peine compte que sous le coup de la colère elle s'était mise à tutoyer le jeune homme, elle se releva et essuya ses yeux d'un geste de son poignet. Elle planta à nouveau son regard dans celui or du passeur et repris la parole.

    Peut être ... Oui, peut être que si elle lui racontait son histoire à elle, il se confirait à son tour. Et peut être qu'ainsi, il irait mieux ... Cette envie de réconforter Raven, mu à la fois par une gentillesse toujours présente chez la jeune fille et par ce besoin, entièrement égoïste, qu'il arrête de ressentir cette tristesse qui venait ensuite l'envahir elle.

    - C'est l'histoire d'une jeune fille qui n'a jamais voulue faire ce que ses parents voulaient qu'elle fasse, trop passionnée par la musique et l'imaginaire pour rester sérieuse comme ses frères et sœurs avant elle ..


    Elle s'arrêta. Au passeur de voir si oui ou non il souhaitait savoir. Sinon elle partirait, la tristesse ambiante était bien trop forte pour que Selphie puisse la supporter sans broncher et l'idée de fondre en larme comme elle l'avait fait il y a quelques secondes lui plaisait moyennement.


Dernière édition par Selphie Light le Mer 22 Juin - 7:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven.
le corbeau d'abyssa est là fait gaffe
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Lun 20 Juin - 12:42

Notre jeune homme ne comprenais plus les réactions de la demoiselle qui devaient devenir folle pour on ne sait qu'elle raisons, elle continuait de pleurer comme une madeleine, ce qui mettait encore plus mal à l'aise Raven.



Il regardait Selphie qui se trouvait maintenant accroupie en train de chanter une douce mélodie comme si elle cherchait à calmer. Il l'avait vraiment énerver tellement qu'elle l'avait tutoyé sans même sans rendre compte... Ce qui gène le plus Raven était que la petite fille se donnais en spectacle, plusieurs personnes les regardaient en rirent en disant qu'elle était folle et ça c'était insupportable pour lui. Bizarrement il se sentait lier à elle.Il ressentait sa peine et un cri de douleur qui n'arrivait pas à sortir.

« Selphie arrête tu te donnais en spectacles et tu fais plaisir a ces vautours »

Malgrés ces conseille la jeune fille commençais à racontait l'histoire d'une fille qui en fessait cas sa tête et qui n'écoutait pas ses parents. Elle arrêta et plongea son regard dans celui de Raven, ils ne se quittaient pas, bien qu'ils voulaient savoir la suite il ne pouvait pas laisser la demoiselle ce ridiculisais un peu plus. Notre passeur profita du fait qu'elle s'était relevée pour la tirer vair lui, collé l'un contre l'autre. Il en profita pour sauter assez haut et de se rattraper de fenêtre en fenêtre pour arrivez en un clin d'oeil sur le toit d'un immeuble. Bien évidemment il avait serré plutôt fort Selphie contre lui en lui chuchotent de ne pas avoir peur. Une fois arrivait il la lâcha doucement en donnent une explication un peu moyen

« Tu peux finir ton histoire, mais d'abord arrête de pleurer ce n'est pas joli sur ton petit minois » il esquissa un sourire en lui frottent un peu ses cheveux.

Il se ralluma une clope, car il était bien trop calme que ça l'énervait, il voulait savoir la suite et en même temps il ne voulait pas... fâcheux dilemme qu'avait notre homme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selphie Light
Chanteuse enfantine ~
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Mer 22 Juin - 8:16

"Dans toutes les larmes s'attarde un espoir."
[Simone de Beauvoir]
Extrait de Les Mandarins

    Mais qu'est-ce qu'elle s'en fichait que les autre rigolent ! Elle n'en avait strictement rien à faire, elle était immunisé face à ce genre de chose. Après avoir passé deux ans à vivre dehors sous le regard dégoûté, rieur ou empli de pitié des passants, un peu de moquerie lui passait dessus comme une goutte de pluie sur un imperméable. Autant dire que ça glissait sans l'atteindre. Et de toute façon, la moquerie de ces gens là était juste un rire d'enfant face à ce qu'il ne connait pas, bien moins blessant qu'un adulte qui préfère rire de vous plutôt que de vous aider. Les gens à Abyssa n'étaient pas aussi méchant, vils, que sur Terre, et heureusement, sinon ce monde n'aurait plus grand intérêt.

    Elle se sentit soudain attiré contre le passeur qui sauta, grimpant de plus en plus haut sur un immeuble. Elle l'entendit lui chuchoter de ne pas avoir peur mais a vrai dire, pour le moment, elle avait trop de mal à distinguer sa tristesse de celle qui émanait constamment pour éprouver un autre sentiment, quel qu'il soit! Arrivés en haut il la lâcha et lui dit qu'elle pouvait continuer l'histoire, lui demandant d'arrêter de pleurer. Puis il eu un geste qui surpris la jeune femme qui releva des yeux étonné vers lui. Il lui avait frotter les cheveux. Sensation étrange pour la demoiselle qui n'avait rien connu de tel sur Terre et qui avait toujours du mal avec les gestes d'affection que les gens distribuaient ici, bien qu'elle n'hésite pas à se jeter dans leurs bras une fois la surprise un peu passée. Et puis il s'agissait de Raven aussi, et elle ne s'attendait pas à ça de la part du passeur ... Elle soupira avant de fermer les yeux et de reprendre la parole.

    - Cette jeune fille préférait s'enfermer dans sa chambre plutôt que de discuter de choses sérieuses avec ses parents, et alors qu'ils voulaient la faire grandir plus vite, ils firent la chose inverse et la demoiselle tenta de rester encore et toujours une enfant insouciante, réagissant comme telle, contrant les réactions de ses parents par les siennes, parfois bien enfantine.



    Est-ce qu'il se doutait que l'histoire qu'il entendait était celle de la vie sur Terre de la demoiselle qui lui contait ? Pour le moment peut être pas mais avec un peu de réflexion, il le devinerait certainement dans la suite de l'histoire. Elle espérait sincèrement que le fait de raconter son histoire à elle, pousserait le jeune homme à se confier un peu. Ou au moins à se sentir mieux. Que cette tristesse s'estompe au moins légèrement ... Elle laissa une petite pause avant de reprendre doucement.

    - Puis elle eut une impulsion, la réaction de trop. Elle voulait montrer à tous qu'elle était différente mais ça ne plut pas à son père et il la jeta dehors avec pour toute affaire une peluche et un violon. Elle vécu dehors pendant près de deux ans sous les regard des passants qui la voyait mais ne la regardait pas, préférant l'ignorer que tenter de l'aider ... Foutus adultes ...


    Elle rouvrit les yeux et fixa ses iris océan dans celle de son interlocuteur. D'une voix qui se fit plus dur, elle termina son histoire, telle sa vie s'était terminé sur terre un hiver un peu trop dur pour elle, son frêle corps déjà affaibli ne l'avait pas supporté ...

    - Un hiver, alors qu'elle n'avait d'autre habits qu'une robe d'été, le froid pris possession d'elle, mordant sa peau comme un ennemi jusqu'à ce qu'enfin la mort l'enveloppe dans un cocon chaud. Elle avait vécu deux ans dehors, deux ans. Son père aurait bien pu la rappeler, lui dire de rentrer, elle était sous un pont, à deux pas de chez elle. Mais il a préférer la laisser dehors. Les adultes sont impitoyable n'est-ce pas ?


    Elle baissa enfin les yeux. Elle attendait la réaction de celui qui lui faisait face pour savoir ce qu'elle devrait faire ensuite. Pour le moment, elle se taisait, son histoire était finie ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven.
le corbeau d'abyssa est là fait gaffe
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Dim 26 Juin - 10:55

- Cette jeune fille préférait s'enfermer dans sa chambre plutôt que de discuter de choses sérieuses avec ses parents, et alors qu'ils voulaient la faire grandir plus vite, ils firent la chose inverse et la demoiselle tenta de rester encore et toujours une enfant insouciante, réagissant comme telle, contrant les réactions de ses parents par les siennes, parfois bien enfantine

La jeune fille continuait son histoire, il ne savait pas pourquoi, mais il pensait que cette histoire était la sienne. Sa voix, la façon dont elle racontait, la narratrice prenait un peu trop la place du personnage principal.

- Puis elle eut une impulsion, la réaction de trop. Elle voulait montrer à tous qu'elle était différente mais ça ne plut pas à son père et il la jeta dehors avec pour toute affaire une peluche et un violon. Elle vécu dehors pendant près de deux ans sous les regard des passants qui la voyait mais ne la regardait pas, préférant l'ignorer que tenter de l'aider

Cette partie de l'histoire fit comme un courent électrique dans le corps du jeune homme, l'image de sa mère le frappent en rigolent et en prennent plaisir des plus fous, son père qui admirait le spectacle comme s'il regardait un film comique.

Un hiver, alors qu'elle n'avait d'autre habits qu'une robe d'été, le froid pris possession d'elle, mordant sa peau comme un ennemi jusqu'à ce qu'enfin la mort l'enveloppe dans un cocon chaud. Elle avait vécu deux ans dehors, deux ans. Son père aurait bien pu la rappeler, lui dire de rentrer, elle était sous un pont, à deux pas de chez elle. Mais il a préférer la laisser dehors. Les adultes sont impitoyable n'est-ce pas ?

Sa propre famille qui ne voulait pas, il avait vécu un peu comme elle, la solitude le froid, la misère, mais toujours content de faire ce qu'il voulait, Raven ne pus s'empêcher de regarder la jeune fille avec un air de compréhension, il connaissait ce sentiment et il le détesté par-dessus tout.

« tu as une triste histoire, mademoiselle et oui les parents ne son rien d'autre que ceux qui nous on donnait la vie »

Enfin, il connaissait l'histoire de la demoiselle, la jeune fille n'avait plus aucune intéresse pour lui. Sa curiosité enfin rassasier, il l'aurait laissé là en ricanent un bon coup et en disaient qu'elle l'avait bien divertie, mais non bizarrement la passeur ne bougea pas le petit doigt, fument toujours sa cigarette, le regard vide sans expression, l'air complètement ailleurs, comme si le monde a l'en tour n'était plus rien. Le vide complet, on aurait dit que jeune homme allait mourir vue la pâleur de sa peau, la couleur or de ses yeux était devenu encore plus clair, le fait que le brouillard se lever donnait l'impression qu'il commençait à disparaître. Un corbeau ce posa sur son épaule, perdant quel que plume noir. Créent ainsi une image magnifique, l'impression qu'un ange déchus se trouvait en face de nous, comme par magie un timide souri se dessina sur les lèvres de Raven

« Que veux-tu entendre ? Tu ne m'as pas raconté ton histoire pour le plaisir je me trompe ? »

Un grand perspicace le petit messieurs, bien sûr, il n'était pas dupe, bien au contraire.
Il savait que sSlphie voulait qu'il lui disse quelque chose que lui seul pouvais savoir. Son passeé? Son histoire ? Que voulait savoir cette mystérieuse jeune fille ? ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selphie Light
Chanteuse enfantine ~
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 25/04/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Mar 19 Juil - 10:20

"Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin."
[Tahar Ben Jelloun]
Extrait de L'Auberge des pauvres

    Tandis qu'elle contait l'histoire de son passé, elle sentait le regard du passeur sur elle, attentif à ce qu'elle lui racontait. Ce qu'elle pouvait se sentir bizarre! Voilà qu'elle racontait sa vie à un parfait inconnu! Mais ça lui faisait du bien après tout. Et en tentant d'aider le jeune homme, peut être parviendrait-elle à s'aider elle-même ? Lorsqu'elle leva timidement les yeux vers Raven, elle lu de la compassion dans son regard, une compréhension qui disait clairement "moi aussi j'ai connu ça".

    Elle se tut toujours, alors que le passeur, lui, prenait la parole, ne la surprenant qu'à moitié. Il avait deviné qu'elle parlait d'elle-même ... En même temps, elle s'était tellement impliquée dans l'histoire qu'elle avait raconté, qu'il ne pouvait s'agir que de quelqu'un qu'elle connaissait bien ... Or, il semble bien que la personne qu'elle connaisse le plus soit elle-même ... Et puis en y réfléchissant bien, si il s'agissait de quelqu'un que personne n'avait aidé, elle ne pouvait pas l'avoir rencontré ... Donc il ne pouvait s'agir que d'elle même. Elle soupira et acquiesça quand Raven lui dit que les parents n'étaient que ceux qui servaient à leur donner la vie ... Oh, peut être que certains parents était un peu plus sympathiques, un peu plus aimant. Mais d'après ce qu'elle entendait ... Le passeur avait eu la même expérience que lui avec ses géniteurs ...

    Il aurait pu partir. Que ce soit maintenant qu'elle avait fini son histoire ou pendant qu'elle la racontait, il aurait pu s'en aller, l'air nonchalant, comme si il n'en avait rien à faire d'elle. Et ça aurait plutôt correspondu à la façon dont le jeune homme semblait traiter les gens. Mais non, il restait là, elle sentait sa présence alors qu'elle avait de nouveau baissé les yeux. En les levant, elle resta un instant stupéfaite face à l'image qui s'offrait à elle. Ses cheveux mi-longs flottant au vent, son visage à moitié découpé dans la brume, faisant ressortir ses yeux dorés tandis qu'un oiseaux noir de jais se posait sur son épaule. Un corbeau ... Ironie du sort ?

    Elle détourna le regard au bout de quelques minutes, rougissante. Elle n'avait pas l'habitude de fixer les gens ainsi, pendant longtemps, mais elle avait été ébahi par la prestance qu'avait le jeune homme dans ce décor. Elle se releva et passa légèrement d'un pied sur l'autre, gênée, tandis que le passeur lui demandait ce qu'elle attendait de lui en retour. Elle se mordilla la lèvre avant de se décider à lui répondre.

    - Je ... J'aurais voulu connaitre la raison pour laquelle vous semblez aussi triste ...


    Elle se sentit gênée tandis qu'elle attendait la réponse. En effet, la colère passé, elle se disait que le passeur pourrait refuser de répondre et partir à nouveau. Et elle aurait alors plus de mal à le suivre, n'ayant pas franchement l'habitude de se retrouver en haut d'un immeuble. Et étrangement, elle avait peur de le vexer. Il semblait si distant, comme si à chaque pas qu'elle faisait vers lui pour apprendre à le connaitre, elle risquait de briser quelque chose, un fil qui ferait tomber un mur de béton entre elle et lui. Et ... Elle ne voulait pas. Elle voulait connaitre le passeur, aussi étrange que cela puisse paraitre aux yeux des habitants qui le haïssait ...

    Elle fixa ses prunelles océan dans celle de son interlocuteur, les joues toujours roses, se mordillant la lèvre par gène et à cause de l'attente. Répondra-t-il, ne répondra-t-il pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven.
le corbeau d'abyssa est là fait gaffe
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: Au coin d'une rue Mar 19 Juil - 12:53

Selphie était tout rouge à cause de la gène qu'elle avait. Raven buta un peu... que faire ?

Lui dire pourquoi il était si glacial ou devait-il partir... Il avait écouté l 'histoire de la jeune fille qui ne présenter aucun intérêt sentimental ou personnelle a son écart mais, d'une certaine manière il se sentait lier à cette jeune personne

« En gros tu veux savoir mon passer c'est ça ? » il sourit un peu à cette idée

Parler à une étrangère de choses qu'il tentait de ce cachait était un peu débile mais, peut être pas inutile, il pourrait peut être brisé la glace qui gelait son coeur...

« Si tu veux je pourrais peut-être te raconter mon histoire ? »

Il rougit à sa pauvre idée, fit fuir le corbeau qui s'était posé sur son épaule. Attendent la réponse de la jeune demoiselle

_________________
je vie dans un mot tachait de goute de sang
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au coin d'une rue

Revenir en haut Aller en bas

Au coin d'une rue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Villes :: Métera :: Parc-